Sophie Léonard 73a17dae-0357-4f10-ac98-8b2e97a4832b
(ADN++, 2016)

Ma première rencontre avec l’UdN s’est faite à l’occasion d’un atelier « Chœur et héros » organisé à Bruxelles par le Réseau transition Bruxelles-Wallonie. Je me souviens avoir ressenti une énergie puissante dans le cœur et un grand « Waouh!Il y a des gens qui font ça ! ». Quelques semaines plus tard, je participais à l’ADN++. Ces deux expériences m’ont permis de goûter et d’expérimenter concrètement ce qui est devenu pour moi, au fil du temps et de mon parcours, une intuition forte, et sans doute le cœur de ma raison d’être, à savoir la nécessité d’articuler transformation intérieure et transformation sociétale.

Engagée depuis près d’une vingtaine d’années dans l’associatif – professionnellement, j’exerce un travail d’analyse socio-politique et d’éducation permanente (éducation populaire) à Bruxelles -, j’étais traversée depuis un certain temps par une crise de sens, un sentiment d’impuissance et un épuisement profond dû notamment à des modes d’action se situant principalement dans une posture de « lutter contre » et des modes d’être et de faire ensemble insatisfaisants.

Par ailleurs, un cheminement de « développement personnel » entamé quelques années plus tôt, notamment à travers des pratiques comme le yoga et la méditation, m’avait ouvert au pouvoir de la pleine conscience et de la présence dans tout processus de transformation et à la sagesse des mots de Gandhi : « soyons le changement que nous voulons voir advenir dans ce monde ».

Ayant le besoin de m’ouvrir des espaces plus créatifs, j’ai aussi repris une formation en art-thérapie visant à accompagner des processus de transformation (individuelle et collective) par la voie des sens et de l’expression créative.

Mais je continuais à me sentir fragmentée et je n’arrivais pas à faire la jonction entre tous ces champs qui s’étaient ouverts dans ma vie, et je ne voyais plus comment je pouvais aujourd’hui « faire ma part » en cohérence avec tout cela.
Jusqu’à ce « waouh ! »…

Ce chemin pour passer « du je au nous » est encore loin d’être un long fleuve tranquille pour moi. L’expérience avec l’UdN m’a fait prendre conscience des « traumatismes » qui ont pu mettre à mal ma confiance dans le(s) nous, tout en me mettant face à ma responsabilité personnelle : « qu’est-ce que je fais aujourd’hui de ce que les autres ont fait de moi ? », et ça secoue, ça chamboule, ça bouscule… Pas toujours facile d’accueillir les peurs, de plonger au cœur des ombres et d’abandonner les vieux conditionnements, qui sont autant d’entraves pour pouvoir participer pleinement à des nous féconds.

Pas facile, mais en même temps jubilatoire ! Jubilatoire que de faire l’expérience du cercle, source de vie et d’intelligence, où grandit l’écoute, la coopération et la créativité collective ; faire l’expérience de la présence, de l’écoute du centre, de la sagesse qui s’en dégage et des actes justes qui en découlent lorsque le cœur, le corps et l’esprit sont alignés, lorsque le yin et le yang s’équilibrent ; retrouver le goût du jeu et de la légèreté dans l’engagement en se rappelant que « ce que l’on fait est important mais pas sérieux » ; travailler sa posture dans un cadre de sécurité solide et incarné qui permette de remettre en question la manière dont je peux lâcher prise, ne pas vouloir avoir raison, ne pas vouloir que tout soit parfait, me mettre au service du collectif, écouter, soutenir, proposer, faire avec ce qui est, rester authentique y compris dans mes vulnérabilités…

Tout un parcours… que je suis infiniment heureuse de pouvoir continuer à approfondir bientôt lors du Parcours de LSC (leader-souteneur coopératif), avec l’envie forte de pouvoir contribuer avec d’autres à essaimer à mon tour ce travail de transformation puissant et urgemment nécessaire. Et de cultiver avec patience, persévérance, bienveillance et confiance les graines, de plus en plus nombreuses, de je et de nous conscients et retrouvant leur puissance d’être et d’agir.

Ça va sans doute encore secouer, mais comme on dit chez nous, en Belgique, « c’est gai ».

Olivier Mereveille
(ADN++, 2016)

J’avais entendu parlé de l’Université du Nous par plusieurs personnes ces 2 dernières années et je sentais une curiosité montée pour découvrir plus de ce que cette UdN initiative proposait ainsi que sa manière de l’enseigner…

Après avoir vécu 20 ans à Auroville en Inde, et 5 ans à vivre et conseiller d’autres collectifs aux USA, Mexique et Polynésie, j’avais une riche expérience des difficultés rencontrées dans les groupes autogérés, et leurs réunions de décisions. Cela m’avait amené il y a 15 ans à déjà rechercher les différents types de cadres et structures de partages, l’intelligence collective, la sociocratie, les modes de gouvernance horizontale et la médiation de groupes. J’ai découvert alors un facilitateur dans l’âme en moi et un intérêt inné pour les processus de groupe.

J’arrivais donc à l’ADN++ plus avec une envie de découvrir l’approche pédagogique de l’UdN que le contenu des outils enseignés, et depuis le premier accueil des participants en type café concert jusqu’à la jam de danse pour célébrer la soirée finale, j’ai adoré la créativité pédagogique mise en œuvre par cette équipe UdN, qui apparemment se couche après tout le monde pour le débrief de la journée écoulée et se lève avant tout le monde pour décider du plan de vol de la journée à venir. Ils appellent ça du « Pilotage dynamique » ! Tellement dynamique qu’il m’a semblé avoir du mal à trouver le temps de me moucher pendant une semaine… mais quelle expérience captivante !

En vrac quelques joyaux du voyage que j’ai particulièrement apprécié :

  • Les moments de « Pédagogie blanche » pendant lesquels l’équipe UdN expose aux participants leurs propres processus de gouvernance interne ;
  • L’équilibre des ateliers sensoriels/corporels et des séances de cogitation ;
  • Le prétexte d’un cabaret co-créé comme support concret pour éprouver les outils de gouvernance ;
  • Le temps clown quotidien pour diffuser les tensions et le sérieux de l’aventure ;
  • Le professionnalisme de l’organisation UDN et leur apparente légèreté d’action ;
  • La richesse et l’étendue des outils partagés ;
  • La possibilité de participer avec ma compagne Laële et notre bébé de 4 mois dans la bienveillance générale du groupe.

Quoi maintenant ?

Et bien une fois que j’avais trouvé le temps de me moucher, j’ai eu envie de soutenir l’action de l’UdN et leurs activités. Romain Vignes a partagé avec le groupe une invitation aux « Jardins du Nous » et nous nous sommes inscrits avec Laële au symposium du « Jardin des noyautiers » en septembre.

Aujourd’hui, nous sommes engagés dans ce jardins des noyautiers avec 10 autres jardiniers et jardinières pour développer les outils et pratiques qui cultivent une culture de l’organisation holomidale et celle des collectifs autogérés.

Nous plantons aussi un autre jardin appelé « J’aime tes J’Nous », pour rechercher et développer de nouvelles pratiques complémentaires aux outils de gouvernance partagée. Le besoin de mieux adresser l’être et d’inclure les personnalités dans les processus de décision me semble important pour nourrir un potentiel d’enthousiasme collectif encore plus vaste.

Pourquoi ?

Parce que cette recherche de nouvelles pratiques de groupe résonne pleinement avec mon chemin de vie d’évolution de conscience. j’anime des séminaires qui invitent à la considération d’une conscience unifiée par des jeux de​ ​corps et d’âme (www.FunkyDivine.com), et j’y partage des processus pour transmuter les comportements humains devenus aujourd’hui obsolètes et inadéquates au meilleur potentiel de chacun et chacune.

Marion Cremona
(Parcours LSC3, 2015)

J’ai entamé le Parcours LSC3 avec enthousiasme, dans l’énergie de l’AdN que j’avais réalisé 6 mois auparavant. Mon engagement chez Colibris m’avait entre temps amené à de nouvelles responsabilités, puisque j’avais alors intégré le Cercle de Pilotage de l’association et endossé la cape « Animation » du CO/CP (Cercle d’Orientation/Cercle de Pilotage). Ce rôle à énergiser me dynamisait autant qu’il me tétanisait, et je misais sur le parcours pour m’aider à lever cette peur, prendre corps dans cette mission nouvelle.

Ma voie vers la coopération était ouverte depuis 3 ans aux côtés de diverses associations, dont Colibris, le Mouvement pour une Alternative Non Violente, Alternatiba… Cependant, je savais à quel point il était utile que je re-questionne ma posture, mon JE au service du NOUS pour soutenir avec davantage de justesse les projets individuels et collectifs que je voulais désormais accompagner.

Depuis quelques mois, après 2 ans de décrochage professionnel et de vie associative à plein temps, je savais enfin vers où le vent me poussait : j’étais portée sur le chemin de la facilitation et de l’accompagnement à la coopération de citoyens et d’organisations.

Malgré l’enthousiasme de départ, je me suis trouvée dès le premier épisode dans une fragilité morale composée de fatigue, de manque de confiance en moi, en les autres, de questionnements profonds sur l’humain et la société qu’il crée,… dans cet état d’âme, le Parcours m’a fait passé par des émotions fortes, comme un grand huit en 3 boucles qui retourne le coeur, le corps et l’esprit. Ce parcours m’a fait prendre conscience de mes besoins, de ma quête personnelle et professionnelle, avec quelques secousses salvatrices qui ouvrent des failles pour mieux faire jaillir ma lumière.

Que souhaites-tu faire maintenant avec l’UdN ?

Après ce parcours et l’intention déclarée de l’UdN d’ouvrir les portes de son écosystème, j’ai vu mon horizon s’éclairer et mon énergie booster à poursuivre l’aventure aux côtés des « compagnons du Nous ». Chaque temps de formations (Facilitation graphique, TaoAnimation), chaque espace de rencontre (Forum Terre du Ciel, ADN++ à venir…) me confortent dans cette dynamique du corps et du coeur, laissant de côté ma tête pour me laisse porter par mon intuition. Pour moi aujourd’hui, point de doute, « Quand je serai grande, je serai universitaire, jardinière* et compagnonne** du Nous ! ».

Parallèlement à cela, il me plaît de soutenir l’évolution de l’UdN et d’apporter alors mes compétences en matière de communication, ma disponibilité pour nourrir ce qui est nécessaire, d’ouvrir la fenêtre de l’univers Colibris dans lequel j’évolue.

Pourquoi ?
Telle la raison d’être de l’association Colibris, je suis convaincue qu’il ne peut y avoir de changement de société s’il n’y a pas de changement humain.
Cet apprentissage sensible de la coopération et de nos postures individuelles dans le Nous coopératif, proposé par l’UdN, m’ont fait vivre, ressentir avec vigueur cette transition intérieure, affinant la compréhension de mon JE. J’ai désormais une profonde envie de partager ce chemin de transformation à tous ceux qui le souhaitent, citoyens de tous bords, organisations d’aujourd’hui et de demain…

*les jardiniers sont des personnes engagées dans une communauté de pratique et d’échange autour de la coopération
**les compagnons sont les personnes qui accompagne les organisations à évoluer dans leurs façons de fonctionner, vers plus de coopération.
Rdv sur http://bit.ly/udnhelloasso pour en savoir plus sur les évolutions.

Cécile Favé
(Parcours LSC2, 2015)

Le parcours s’est offert à moi à un moment clé de mon cheminement, tant personnel que professionnel, alors que j’éprouvais une grande vulnérabilité liée à un burn-out. Cet épisode ô combien douloureux a signifié pour moi l’atomisation (ni plus, ni moins !) du perfectionnisme qui faisait de moi une personne ultra-fiable, bien souvent trop sérieuse et occupée en permanence.
Inerte, incapable de tenir tout engagement et goûtant une désinvolture coupable, j’avais besoin de remettre le pied à l’étrier pour redéfinir mon mode d’action, d’interaction et d’intervention dans ce monde : retrouver le goût du JE/U pour des actions qui s’accordent avec le très juste triptyque Humilité-Humour-Humanité.

C’est au fil des escales qui ont jalonné le parcours LSC2 que j’ai pu accéder à une meilleure maîtrise des concepts inhérents à la posture suggérée par l’UdN. Grâce à la pédagogie sensible mise en oeuvre dans ce parcours, j’ai aussi pu lâcher le mental pour aller écouter à l’intérieur la sagesse qui attendait que je m’intéresse à elle…

Car le parcours convoque tête coeur et corps et nous invite à ajuster chacun à notre rythme notre posture, renforcer notre axe, pour agir en conscience de la liberté et la responsabilité qui nous sont offertes.

Ce parcours a à la fois renforcé et adouci mon ego désemparé en me permettant de remplir mon coffre à pépites, ces mantras issus de l’intelligence collective auxquels je recours aujourd’hui encore chaque fois qu’il m’est donné d’animer ou de transmettre un peu de cette posture de coopération qui fait bouger les lignes en profondeur. C’est important pour moi la profondeur…

Qu’est-ce que tu souhaites faire maintenant avec l’UdN ?

Surprise et véritablement ravie d’avoir embarqué dans l’aventure du forum « Osons la Fraternité » proposé par Terre du Ciel, j’infuse encore tous les éléments partagés par l’UdN autour de la mutation de son éco-système. Avec les personnes du Grand Est ayant aussi fait le LSC, nous travaillons pas à pas à la création d’un « Jardin du Nous » (communauté d’apprentissage) pour offrir de l’espace et du temps aux explorateurs de la coopération qui cherchent à nourrir leur pratique et créer du lien.

A titre personnel, la prochaine étape sera la formation Tao-animateur ! ! ! Je la vois comme un coup de projecteur sur des éléments essentiels à la bonne compréhension de la posture d’animation mode UdN. Cette formation est indispensable pour quiconque envisage d’intégrer un jour une équipe d’animation d’AdN et je suis heureuse de m’offrir ce cadeau !

En parallèle je ressens que l’UdN a besoin d’énergies soutenantes pour parvenir à muter en sérénité et je tâche de faire ma part de colibri en liant mon réseau ESS à celles et ceux qui planchent sur le modèle économique et coopératif à venir.  Marion, Léonore et moi organisons une soirée de découverte de l’UdN le 29 juin à Strasbourg, une occasion de partager notre enthousiasme et notre conviction commune autour de la complétude de la proposition de cet organisme pas tout à fait comme les autres.

Pourquoi ?

Cette expérience novatrice de coopération UdN/LSC, nimbée de sensations fortes et de coopération joyeuse, m’a encore mieux convaincue de l’intérêt de m’engager un peu plus dans l’aventure. Je suis particulièrement mobilisée à l’idée de devenir « compagnon » afin d’ajuster les accompagnements de structures menés sur mon territoire à la lumière de la méthodologie déployée par l’UdN.

Par ailleurs, les besoins – voire l’impatience ! – exprimés ici et là, me poussent à m’engager dans le développement de ma posture de formatrice, pour un jour ou l’autre co-animer des AdN dans le Grand Est voire le Phare-Ouest où j’ai mes attaches familiales 😉

Si je devais résumer, je dirais qu’à ce jour je souscris pleinement à la vision de l’UdN et que ce cheminement en communauté nourrit allègrement ma croyance dans un autre possible. Cela entre en cohérence avec mon engagement chez Colibris depuis 4 ans.

Merci à tous ceux qui renforcent ce sentiment et me donnent l’élan d’explorer les ouvertures.

Laurent Burget
(Parcours LSC2, 2015)

« Aujourd’hui, quelques 8 mois après le parcours LSC2, l’UdN me demande un témoignage à froid.
Première impression : c’est encore tiède voire chaud, à plusieurs endroits, ça résonne, ça vibre encore.

Dans ma tête, car les outils et processus expérimentés : gestion par consentement, par tension, élection sans candidats… je les expérimente encore, mais avec un peu plus d’aisance et surtout une vision claire du chemin à emprunter.

Dans mon cœur, car les espaces sensoriels : « le choeur et le héros », la constellation, les danses ou la musique… ont formé un « nous » toujours bien vivant, bienveillant et qui d’ailleurs se ré-unit ce WE.

Dans mon corps tout entier, car le parcours m’a apporté une dose de confiance en moi, de confiance en l’humain et de confiance en la vie. Une expérience vécue de ce que peut être « le vivre ensemble », « le créer ensemble », avec humour, humilité et humanité.

Dans ma narine gauche en particulier, parce que l’inspiration me dit que ce parcours te questionne ! ? Je ne peux que te souhaiter d’avoir la chance de le vivre, car ce fut, et c’est, pour moi, un cadeau que je m’applique avec attention à distiller au quotidien, pour en arroser mon environnement, pour que pousse un arbre d’humanité coopérative. »

Mickaël
(ADN2, mars 2013)

« Après plus de 10 ans passés à développer des grands projets d’énergies renouvelables en tant que cadre-dirigeant, je participe aujourd’hui à la création d’une coopérative d’accompagnement à l’écoconstruction. La découverte de l’Université du Nous lors d’un séminaire d’intelligence collective au centre agroécologique des Amanins sur créer une transition entrepreneuriale écologique m’a amené quelques mois plus tard à participer à l’Atelier du Nous 1 et 2 et m’amènera bientôt je l’espère à vivre le 3.

Après des échanges avec des anciens participants, après avoir découvert sa raison d’être et plus en détails son mode de gouvernance, j’ai senti que ce que proposait l’UdN était ce que j’attendais aujourd’hui des nouvelles organisations et notamment celles à laquelle que je souhaite participer….et je n’ai pas été déçu ! Bien au contraire ce fut le début pour moi d’un changement profond dans l’être et le faire ensemble. J’ai découvert et expérimenté de nouvelles formes de faire ensemble, en passant par le cadre de sécurité, le mode de communication, la pratique du cercle, les prises de décision (gestion par consentement, élections sans candidat) qui offrent un pouvoir équivalent à tous.

J’ai ainsi vécu de l’intérieur des organisations vivantes, agiles, centrées sur la raison d’être avec des « Je » souverains, des « Je » qui contribuent à son développement en apportant leur énergie, qui donnent le meilleur d’eux-mêmes, qui font leur part, des « Je » qui apportent une attention au chemin tout autant qu’au résultat, des « Je »  qui n’attendent pas de l’autre mais seulement d’eux-mêmes, des « Je »  qui savent que ce qu’ils font n’est pas sérieux mais important, qui entretiennent l’humilité, qui s’autorisent à être créatifs, qui font avec et non contre ou pour,…des « Je » qui recherchent un mieux vivre dans les aspects essentiels de la vie, des « Je » qui construisent des « Nous » actifs et engagés au service de la raison d’être d’une organisation.

Merci donc à toute l’équipe de l’UdN de m’avoir accompagné dans cette transformation personnelle et collective et merci de m’avoir permis de découvrir et d’expérimenté un autre type de gouvernance qui réconcilient la liberté individuelle et le pouvoir de l’intelligence collective….j’en attendais pas tant mais là je suis comblé. J’ai hâte désormais de pouvoir mettre en pratique cette nouvelle façon de gouverner au sein de notre projet de coopérative. »

Bruno
(ADN2 – fin mars 2013)

J’ai trouvé avec l’UDN une équipe qui à mes yeux pratique ses dires et dit ses pratiques.
Pour moi c’est rare de rencontrer des individus ou une équipe dont les paroles sont fiables du désir exprimé aux comportements pratiqués, le tout grâce à leur désir partagé surtout pas d’une perfection morbide mais bien de la vitalité d’améliorations par itération.
A mes yeux l’UDN est un « nous » où respirent ensemble des « créateurs et diffuseurs de processus et rituels » dans une diversité de  langages  qui contribuent à  pratiquer, améliorer et diffuser une gouvernance durable en « nous » dans toute taille de collectivités.
Pour cela ils réunissent en une même pratique le développement personnel avec le développement des organisations autant familiales, professionnelles ou politiques, où la diversité des individus et la puissance du nous se renforcent mutuellement.
Entre  animateurs et participants j’y ai découvert  que « nous nous aidons à mieux me relier à moi », et vécu le plaisir du pas sage  d’une pensée incarnée à un corps pensant.
Bienveillance, plaisir, respiration, souffle, présence, inspiration et expirations … dans une rigueur méthodologique qui explicite et pratique des repères partagés extrêmement fructueux (cadre de sécurité, rôles, règles, processus spécifique à chaque type de réunion,  …)
Je les ai découvert à l’Université d’été des Colibris aux Amanins en l’été 2011, y ai apprécié leurs comportements et professionnalisme, et depuis ai déjà été participant à l’ADN1 en Septembre 2012, puis l’ADN2 en Mars 2013, en attendant de découvrir l’ADN3 prévu en Octobre 2013.

Thierry
(ADN1 – Die – mars 2013) 

« Je m’étais inscrit à ce stage AdN1 pour me former à deux pratiques essentielles de la gouvernance dynamique, décision par consentement et élection sans candidat.
Dès le début, j’ai senti que  ces trois jours iraient beaucoup plus loin. Pour être honnête, je n’avais pas capté le principe TPTS – Transformation Personnelle *et* Transformation Sociale – en tant que clé de l’AdN. La suite des trois jours allait me bousculer, en toute sécurité et bienveillance, dans mes schémas de pensée. Le point culminant aura été un lâcher-prise, que j’ai vécu avec beaucoup d’émotion, à l’occasion d’une décision par consentement. Je ressors de ces trois jours avec la sensation d’un changement profond, serein, dans mon propre ADN. Beaucoup de reconnaissance aux membres de l’UdN pour leur présence, l’équilibre entre pratiques et leur sourire. »

Nathalie
(AdN1 – La Réunion – avril 2011)

Du pit bull à la feuille d’artichaut, une personne sur le chemin du faire ensemble
Ma première expérience de collectif était une co-location, on m’y appelait « le pit bull » : c’est dire si je pars de loin. Quand plusieurs années plus tard, l’idée d’un collectif d’art scénique amateur est née, le pit bull avait déjà un peu baissé sa garde mais tout de même, il y avait du boulot… J’ai fait mon ADN1 à la Réunion. Kascavailes est une association qui promeut le théâtre à la case, les premières scènes et le conte. Elle est née de 6 personnes autour d’une partie de TAO. Elle fête aujourd’hui ses 2 ans avec 11 membres actifs et une vingtaine d’évènements. J’apprends à être moins en colère (la lenteur me rend folle…) et à faire confiance au processus d’intelligence collective…parce qu’il me surprend et qu’il est source de créativité…il me nourrit ! Dans 10 jours aura lieu une belle journée de co-création qui soulève tout un réseau autour de la parole. Seule, j’aurais à peine pu le rêver ! Le pit bull n’est plus aujourd’hui qu’une feuille d’artichaut. Une feuille d’artichaut qui se nourrit de ses racines et qui protège le cœur du projet. Merci à Lydia et Laurent de l’UDN pour l’accompagnement à la naissance de Kascavailes.
Nathalie, kascavailes@gmail.com

François D.
(AdN1 post Forum Ouvert Chambéry – Juin 2012)

Premier feedback d’un des 16 colibris participant à ce séminaire post forum Colibri : une gratitude énorme pour une expérience humaine unique,d’une intelligence rare.
A toutes celles et ceux qui cherchent des pistes concrètes pour servir et construire le monde du « NOUS » et remplacer celui du « JE »…sachez que l’UDN propose des outils au service des nouveaux modes de gouvernance dont beaucoup d’entre nous les rêvent depuis si longtemps.Ces rêves dits « utopistes » grâce aux séminaires de l’UDN peuvent maintenant s’incarner dans le Réel pour celles et ceux qui portent en leur sein l’essence du véritablement Changement !
Un merci du fond du cœur à toute l’équipe de l’UDN qui est d’un professionnalisme et d’un Humanisme rarement rencontré en tant que collectif.
Bravo et Merci à vous d’avoir pu m’offrir ces 3 jours de formation malgré mes petits moyens financiers.
Une gratitude énorme pour qui vous êtes,votre engagement dans la vie pour permettre de construire ensemble un monde plus juste et plus humain.Un exemple d’Incarnation et un niveau d’exigence rarement rencontré !

Marc B.
(2012)

Comment partager l’indicible ? …. mettre des mots sur des émotions est un chalenge pour moi !
Au départ il y a eu une rencontre avec Laurent aux semaines de l’écologie à Die et la  perception d’être touché au coeur par notre recherche commune ;
J’ai eu la conviction que nous ferons un bout de chemin ensemble ….
Puis il y a eu la demande faite à Habiterre d’accueillir l’université du Nous dans le diois et une réponse positive. « Les écrins » de chacun pouvaient donc s’emboiter  : l’Université du Nous en recherche d’un lieu signifiant et Habiterre cherchant à ouvrir sa « maison commune ».
Ma participation à cette université était « optionnelle » et ma motivation dans un premier temps se voulait « être facilitatrice » entre le groupe et l’accueil à Habiterre.
Ma perception dès le vendredi matin a tout de suite renversé la situation :  je me suis senti partie prenante et embarqué … Mon intuition de janvier venait d’être confirmée par l’atmosphère du démarrage. Les visages de chacun et chacune rayonnaient et cela m’a mis en joie …
Mon parcours , ma profession, ma recherche personnelle m’ont permis de vivre de nombreus situations qui au premier abord sont similaires.. comment faire du Nous avec nos Je ? ?… comment mettre son « excellence » au service d’une nouvelle société à construire ? ?
Les mots pouvaient être les mêmes (par exemple « intelligence collective ») par contre l’intention était différente

Mes réactions / réflexions
L’équipe de l’universté du Nous est modélisante car elle vit en « live » ce qu’elle nous propose. J’ai particulièrement apprécié la complémentarité de ses membres et en même temps sa diversité.. La sécurité qu’elle a su développer dans le groupe est une perle.
Le jeu est proposé comme vecteur de croissance individuelle et collective .. tel la puissance du jeu de Tao  pour atteindre nos couches profondes et les laisser remonter à la surface d’une façon légère
J’ai trouvé toutes les propositions  ouvertes et ajustées et cela m’a permis d’aller au delà du  « faire » ensemble pour oser un « être » ensemble ; pour  ajuster  mon « Je »  à un « Nous ».
Mes difficultés devenaient mon lieu d’appui pour les intégrer voire les transcender … Dans le Yoga du rire j’ai pu libérer la honte de mon corps  dans les regards bienveillants des autres puis j’ai pu en rire ..Rire de moi, rire avec les autres, rire des autres… c’ est une perle que je ne n’oublierai pas …
Le travail sur l’intelligence collective a été aussi un grand moment  : comment être sérieux sans se prendre au sérieux ?… comment être créatif « ensemble » ?

J’ai apprécié la légèreté et la joie qui se dégagent d’une telle rencontre  où le poids des histoires singulières se transforme dans un « nous possible » pour laisser place à un « Je » plus simple..
Je retiens aussi le partage avec une des participantes  sur le thème « comment s’envisager plutôt que se dévisager ? »
Je me sens plus disponible pour Habiterre dans notre dynamique du Je/Nous..
Je crois que le « réinventons le faire ensemble » de l’université du Nous est trop modeste ! il pourrait être ré-écrit dans un « réinventons un être ensemble »

Mary P.
(AdN1- Paris – 2012)

« Avant de m’inscrire, j’étais curieuse.
Pendant l’UdN, j’étais présente.
Après l’UdN, je suis transformée.
Voilà comment je résumerai cette aventure partagée d’un « Je » dans le « Nous ».
Comment témoigner sur une expérience aussi diverse et complète, sans en dévoiler le chemin.
Entre l’enrichissement lié aux rencontres, les nombreux exercices proposés et traversés par le « Je » au sein du collectif, la créativité et la présence attentive déployée par l’équipe qui nous accompagne dans ce voyage du « Nous », j’ai pu valider que je n’étais pas encore entrée dans le « Nous » … et pourtant … j’accompagne des « Je » vers le « Nous » depuis 12 ans ! Comme quoi …

Je termine par un seul mot : « MERCI ! »

Charles A.
(AdN1 – Paris – 2012)

« Un grand Merci pour ces trois jours merveilleux passés avec Nous.
Merci pour votre don de vous même, pour votre attention aux autres,
pour votre énergie douce et bienveillante.

J’ai beaucoup appris pendant ce séminaire, et je vais m’empresser doucement de mettre en application dans le cadre de ma petite association.
Malgré notre faible nombre, nous venons de passer le seuil de visibilité et je compte bien sur votre apport viral et positif pour emmener dans un véritable tourbillon d’Amour le centième singe de ma commune.

Quelle Joie immense aussi de participer à cette belle œuvre de la Convergence des Réseaux.
Merci d’avoir permis à cette belle intention de s’incarner dans la Matière. Peu importe si sa réalisation arrive grâce à nous et/ou grâce à d’autres qui auront capté cette belle énergie.
Quand mes chers ami(e)s m’ont demandé il y a tout juste 2 mois de prendre cette belle œuvre en charge, je ne me sentais vraiment pas à la hauteur.
Aujourd’hui, grâce à ce Nous,  grâce à la confiance que j’ai en ce Nous, cela me semble désormais possible. Je n’imagine pas que ce sera une tâche facile, mais comme l’a si justement exprimé Laurent, nous ne nous sommes pas engagés à réussir, mais seulement à essayer, avec toute la Force de cet Amour qui Nous porte.

Je Nous propose simplement de participer avec Humilité, Humour et Humanité »

Alexandra 
(2012)

« Ce travail redonne aussi confiance et conviction que ce qui a du sens, ce sont les liens que l’on tisse les uns avec les autres.
Et par l’expérience vécue au cours du stage, apprendre à faire la qualité de ces liens par une meilleure compréhension du « je » , du « nous » et des interactions entre les deux. »

Frédérique 
(2012)

« Un grand merci pour ce séminaire plein de joie, de bienveillance et de créativité, qui sait relier le corps, l’esprit et le cœur. Voilà de beaux indicateurs de richesse ! Je suis repartie avec une mallette pleine d’outils que j’espère nous utiliserons de mieux en mieux pour Klub Terre. Et je compte bien aussi les utiliser pour moi, dans mes relations quotidiennes avec les autres. Un souhait : que l’UdN essaime partout ! »