La perte d’un enfant : une épreuve à surmonter

Les parents sont supposés mourir avant leurs enfants, mais dans la vie, il n’en est pas toujours ainsi. Le décès d’un enfant est un évènement que les parents supportent difficilement. Le deuil est pénible, car perdre un enfant n’est jamais facile. Comme c’est la chair de leur chair, et qu’ils se sentent aussi responsables de sa protection, les parents ressentent souvent de la culpabilité à la mort de leur enfant. Ce malheur constitue une fin de leur désir de continuité et l’achèvement d’un rêve.

Sentiments de manque et de culpabilité

Lorsqu’on perd un enfant, on ressent toujours un grand manque. L’attachement des parents à leur enfant est exceptionnel, surtout la mère. Leur relation est très intense, car parler de famille sous-entend entraide et amour partagé malgré les éventuelles disputes. La mort d’un enfant peut alors pousser les parents à un sentiment de culpabilité. Ces derniers se lamentent sur leur sort et commencent à regretter certains comportements antérieurs. Parfois même, à cause de l’intensité de la douleur ressentie pendant le deuil, l’un des conjoints accuse l’autre d’être responsable de la mort de l’enfant. Cela se traduit par une impatience, une incompréhension et parfois même une irritabilité permanente à l’égard de l’autre.

Un bouleversement de la vie de couple

La difficulté de perdre un enfant se manifeste par le bouleversement de la vie du couple. Chaque conjoint a sa façon de vivre le deuil. Souvent, cela entraîne un problème de communication entre le mari et la femme. Un grand fossé se creuse entre les conjoints : côté sexualité, c’est la galère. En effet, si les besoins de l’un vont en augmentant, les désirs de l’autre diminuent, et tendent à disparaître. Ce sont des situations assez compliquées qu’on doit absolument résoudre pour éviter le pire. L’aide d’une personne extérieure expérimentée peut dans ce cas s’avérer très utile.

Surmonter la perte d’un enfant

La perte d’un enfant est une épreuve difficile à surmonter, mais il faut toujours garder la tête haute. Après tout, les malheurs qui nous arrivent constituent parfois des expériences qui nous forgent le caractère. On doit bien se comporter pour sortir vainqueur. Si vous êtes en deuil de votre enfant, ne restez pas seul, entourez-vous des gens que vous aimez. Ne rompez pas le contact avec votre entourage, notamment votre conjoint et vos autres enfants. Au contraire, profitez de la vie qui vous est encore offerte. Parlez de votre enfant décédé sans le comparer à une autre personne.

Pour en savoir plus, allez sur le site internet