:: suivant >>
éditer :: []->

La vie ou la mort du Palais de la découverte se jouent en ce moment


Les semaines à venir sont cruciales. Son sort se discute en ce moment entre le Ministère de la Culture, celui de la Recherche et l’Élysée, sur un fond extrêmement inquiétant : à plusieurs reprises, la menace de sa fermeture à court terme a été évoquée.

Les raisons mises en avant pour imposer à la hussarde une « évolution » du Palais de la Découverte, évolution qui pourrait être fatale, sont techniques en apparence : elles se réfèrent à la rationalisation des politiques publiques et à des contraintes d’organisation administrative. Elles n’intègrent en rien la particularité, la spécificité du Palais de la Découverte, ce contact unique entre la science et le public qu’il rend possible, même à travers du magazine en ligne du voyage et de la découverte ...
Nous demandons au gouvernement d’arrêter un processus qui semble mener droit au saccage.
Nous lui demandons prudence et respect pour cette institution et pour ce qu’elle représente. Nous lui demandons de mettre un terme à la politique du secret et des coups bas en ouvrant une discussion avec les représentants du monde scientifique et culturel, les sociétés savantes, les académies, les associations d’enseignants, afin de déterminer les meilleures conditions de développement de ce remarquable lieu de culture qu’est le Palais de la Découverte.

Témoignages de lecteurs du Magazine du Palais de la Découverte :


Alain M. : Un jour, que je visitais une exposition Paul-Émile Victor (octobre 2007) au palais de la découverte, j’ai été attirée par un bruit étrange dans une petite pièce en face de la salle de conférences. Devant quelques curieux, un homme en blouse blanche semait une pincée de sable (ou un poudre très fine) sur une plaque métallique rectangulaire, posait le doigt à un point donné et jouait une note avec un archet contre ladite plaque. Alors le sable se rassemblait en figures géométriques qui variaient selon le déplacement du doigt sur le côté de la plaque. Je suis restée là, fascinée par les études que certains ont faites à partir de l’observation des phénomènes de la mécanique ou des fluides. Je retrouvais l’émerveillement de l’enfant que j’ai été. J’ai appris que ce scientifique s’appelait M. de Botton et que les figures qu’il représentait portaient le nom de figures de Chaldni.

Philippe T. : Alors que les responsables se rendent compte du désintérêt des jeunes pour les sciences et les découvertes, ils veulent encore supprimer l’institution du Palais de la Découverte qui est à l’origine de bien des vocations allant alimenter le vivier des futurs chercheurs, ingénieurs et des simples curieux. Détruire le Palais de la Découverte en le fusionnant avec la Cité des Sciences est une aberration de plus. Tout n’est pas monnayable et la suppression du Palais de la Découverte sera une perte qui demandera des dizaines d’années à rebâtir, bien entendu une fois que l’on aura pris conscience de sa grande utilité pour la formation des jeunes et des moins jeunes.